ALARY & ASSOCIÉS
Société d’avocats
SPÉCIALISTE DU DIVORCE ET DES SUCCESSIONS
TOULOUSE / BIARRITZ
  1. 05 34 31 64 30
  2. Rdv en ligne
Diaporama
 
ALARY & ASSOCIÉS
Société d’avocats
SPÉCIALISTE DU DIVORCE ET DES SUCCESSIONS
TOULOUSE / BIARRITZ
  1. 05 34 31 64 30
  2. Rdv en ligne

Divorce Judiciaire 

Le divorce judiciaire n’est pas nécessairement conflictuel. 
 
Le divorce amiable peut procéder du dépôt d’une requête conjointe aux fins d’homologation de l’accord des époux, soit du fait de la présence d’un bien immobilier dont le sort n’est pas encore définitivement réglé, soit du fait de la présence d’un élément d’extranéité
 
Il s’agit alors d’un divorce par consentement mutuel judiciaire. 
 
Dans ce cas, le divorce pourra être prononcé à très bref délai (4 à 6 mois en fonction de la charge du rôle de la Juridiction) et les époux n’auront pas à se déplacer au Tribunal. 
 
En dehors de cette forme hybride que constitue le divorce par consentement mutuel judiciaire, il existe trois autres formes procédurales pour divorcer sur initiative d’un seul des époux : 
  L’initiative de cette procédure est prise par un seul des époux mais les deux s’accordent sur le principe du divorce ce qui signifie qu’il n’y aura pas lieu d’évoquer les motifs à l’origine de la rupture : seules les conséquences seront discutées.

La durée prévisible de cette procédure est de 8 à 12 mois.
  Chacun des époux peut demander le divorce en rapportant la preuve d’une séparation ancienne d’au moins UN AN au jour de l’assignation introductive d’instance.

La preuve de la séparation se fait par tout moyen et relève de l’appréciation souveraine du Juge.

Le plus souvent la preuve est rapportée par la production d’un bail au seul nom de l’un des époux mais il peut aussi s’agir d’attestation(s) de proche(s), de déclaration de main courante signalant le départ définitif du domicile conjugal de l’un des époux, changement de domiciliation auprès d’organismes officiels comme le service des impôts, la CAF, la CPAM….

Sur cette base, le divorce pourra être prononcé sur ce seul motif y compris en cas de défaillance ou désaccord de l’époux défendeur.

La durée prévisible de cette procédure est de 8 à 12 mois.

A défaut de justifier d’une séparation effective et ancienne de un an, il sera néanmoins possible d’assigner en divorce aux fins d’entendre fixer des mesures provisoires (autorisation de résider séparément, attribution de la jouissance exclusive du domicile conjugal, répartition des prêts, pension(s) alimentaire(s) entre époux et/ ou concernant les enfants, modalités de garde des enfants mineurs…) applicables pendant la durée de la procédure qui ne pourra être poursuivie aux fins de prononcé du divorce définitif qu’après écoulement d’une année suivant l’ordonnance fixant les mesures provisoires.
  Il s’agit de la forme la plus contentieuse de divorce. L’époux requérant supporte la charge de la preuve de la faute qu’il invoque à peine de rejet de sa demande.

À noter : Depuis la réforme issue de la loi n°2004-439 du 26 mai 2004, le divorce prononcé aux torts exclusifs d’un époux n’a plus pour effet de le priver de son droit à prestation compensatoire (article 270 du code civil) sauf si les circonstances de l’espèce l’exigent ce qui relève de l’appréciation souveraine du Juge qui prononce le divorce.

La seule conséquence financière en résultant procède de l’allocation éventuelle de dommages et intérêts en réparation des préjudices graves issus des circonstances particulières accompagnant la rupture du mariage (article 266 du code civil) comme par exemple, abandon du conjoint en lui laissant la charge de l’enfant commun, jeune adulte handicapé (Cass. 1e civ. 17-2-2004 n° 02-13.061), du conjoint diminué par la maladie et psychologiquement fragile (CA Paris 9-9-2010 n° 08/20954), rupture entraînant le déséquilibre de l'activité professionnelle exploitée ensemble (Cass. 1e civ. 9-2-2011 n° 10-14.853) ou des souffrances issues du comportement de l’époux fautif pendant la durée du mariage (article 1240 du code civil) comme par exemple, une liaison adultère publiquement affichée (Cass. 1e civ. 22-3-2005 n° 04-11.942 : Bull. civ. I n° 143), violences conjugales, privation de ses enfants au cours de la procédure en raison de l'attitude du conjoint (Cass. 1e civ. 14-1-2009 n° 08-10.538)… 

Le montant des sommes allouées à ce titre reste toutefois souvent inférieur aux frais de défense engagés compte-tenu de l’allongement de la procédure notamment lié à la charge de la preuve supportée par l’époux créancier.

La durée prévisible de cette procédure est supérieure à un an.

Liste des pièces à fournir : 


Télécharger la liste

L'ÉQUIPE DÉDIÉE

NOS ACTUALITÉS

Loi du 31 mai 2024 visant à assurer une justice patrimoniale au sein de la famille

Publié le : 11/06/2024 11 juin juin 06 2024 12h07 12 07
Loi du 31 mai 2024 visant à assurer une justice patrimoniale au sein de la famille
La loi vise à mieux encadrer les conséquences de la séparation de couple en cas de violences conjugales. Elle prévoit en particulier de priver automatiquement l'époux qui a tué son conjoint du bénéfice des avantages tirés du contrat de mariage. Elle traite également de la décharge de solidarité fiscale entre ex-conjoints...

Indivision : quelle indemnisation pour l’indivisaire qui rembourse seul le prêt ?  

Publié le : 05/06/2024 05 juin juin 06 2024 14h39 14 39
Indivision : quelle indemnisation pour l’indivisaire qui rembourse seul le prêt ?  
En dépit d’un contentieux abondant autour de la liquidation de l’indivision, l’opération reste épineuse, usuellement enchevêtrée par des dépenses personnelles engagées sur le bien indivis et pour lesquelles leur débiteur cherchera à obtenir indemnisation...

Demande de reprise de sommes d’argent : la nécessaire qualification de propre de l’époux à la date de la dissolution de la communauté

Publié le : 14/05/2024 14 mai mai 05 2024 10h03 10 03
Demande de reprise de sommes d’argent : la nécessaire qualification de propre de l’époux à la date de la dissolution de la communauté
En application de l’article 1467 alinéa 1 du Code civil, lorsque la communauté est dissoute, « chacun des époux reprend ceux des biens qui n'étaient point entrés en communauté, s'ils existent en nature, ou les biens qui y ont été subrogés »...

CEDH : la question de la garde des enfants issus d'unions internationales

Publié le : 09/04/2024 09 avril avr. 04 2024 09h11 09 11
CEDH : la question de la garde des enfants issus d'unions internationales
La requérante est une ressortissante française qui se maria en France avec un ressortissant japonais puis partit vivre avec lui au Japon. Le couple eut un enfant et la requérante retourna en France avec l’enfant, exprima son intention d’y rester et demanda le divorce...

Non-paiement de la pension alimentaire et délit d’abandon de famille

Publié le : 13/02/2024 13 février févr. 02 2024 16h38 16 38
Non-paiement de la pension alimentaire et délit d’abandon de famille
L’abandon de famille constitue un délit consistant à ne pas remplir ses obligations familiales pendant plus de deux mois. Constitue le délit d’abandon de famille, le fait pour un parent de ne pas procéder au paiement de la contribution à l’éducation de son enfant...
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK